Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 octobre 2013 3 30 /10 /octobre /2013 22:47

Monde - le 30 Octobre 2013

Libération des otages au Niger : y a-t-il eu versement d'une rançon ?

Alors que les quatres otages, libérés hier au Mali, ont été accueillis par leurs familles et François Hollande à l'aéroport de Villacoublay, Le Monde et l'AFP indiquent qu'une rançon comprise entre 20 et 25 millions d'euros a été versée. Le gouvernement assure qu'aucune rançon n'a été versée pour obtenir cette libération.

Si l'on en croit la quotidien le Monde et l'AFP, une rançon de 20 à 25 millions d'euros aurait été versée aux ravisseurs. Citant "une source française connaissant les détails de cette opération", le quotidien précise que la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) a remis aux ravisseurs de Pierre Legrand, Daniel Larribe, Thierry Dol et Marc Féret "plus d'une vingtaine de millions d'euros". De son côté, l'agence de presse, citant une source proche des négociateurs nigériens, évoque "entre 20 et 25 millions d'euros qui ont été payés pour obtenir la libération des otages français". Elle a précisé que cette somme avait servi à payer les ravisseurs ainsi que les intermédiaires qui, sur le terrain, ont joué un rôle important pour obtenir ces libérations. Cette source n'a pas précisé d'où provenait l'argent, et la France a formellement démenti tout versement de rançon.

Le gournement nie avoir versé une rançon

Les quatre otages ont été libérés moyennant une négociation, grace "aux efforts du président du Niger, Mahamadou Issoufou" sans "assaut" militaire ni paiement de "rançon", avait assuré mardi, le ministre de la défense, Jean-Yves Le Drian. Des propos confirmés par le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, mardi sur Europe 1, qui affirme que" la France ne paye pas de rançon, c'est clair et net". Dans une interview accordée au Parisien, ce mercredi, Jean-Yves Le Drian précise que les contacts des autorités nigériennes avec les ravisseurs remontaient à plusieurs mois. "Je savais depuis plusieurs jours qu'ils devaient être libérés", explique-t-il. "Ils ont été récupérés au nord du Mali par nos propres équipes nigériennes."

Partager cet article

Repost 0

commentaires