Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 décembre 2013 2 03 /12 /décembre /2013 21:01

Des paroles et des actes ou une circulaire inappliquée ?

 

La circulaire du 26 août 2012 prévoit de rechercher des solutions alternatives aux bidonvilles et aux squats, principalement par l’établissement d’un diagnostic global (autour des problématiques telles que la situation administrative, l’état de santé, le logement, l’emploi, la scolarisation, etc.) autant qu’individualisé (autour des problématiques de chaque familles et de leur projet).

 

Le 2 décembre au matin à Lyon, les forces de l’ordre, intervenues pour l’évacuation d’un immeuble, ont dispersé violemment, avec l’usage de gaz lacrymogènes et de matraques, les familles et ceux qui leur apportaient leur soutien.

 

Le 30 novembre à Villeurbanne, la police avait contraint les habitants d’un squat à recevoir des familles qu’elle venait d’expulser de leur lieu de vie en toute illégalité.

 

Le 28 novembre à Nantes, deux terrains avaient été évacués et les personnes qui les occupaient ont été, là aussi, accompagnées par la police vers des terrains déjà occupés par d’autres familles et y avaient été installées de force.

 

Faut-il voir une convergence entre ces événements ?

 

Une nouvelle étape semble avoir été délibérément franchie dans le harcèlement des familles roumaines qui se réfugient dans des squats ou des bidonvilles.

 

Curieuse interprétation de la circulaire du 26 août 2012 qui prévoit la recherche de solutions alternatives aux bidonvilles et aux squats, et non le déplacement forcé de l’un à l’autre, imposant - autant aux expulsés qu’à ceux qui sont contraints de les accueillir - un inacceptable arbitraire policier.

 

Le MRAP dénonce cette politique inhumaine d’expulsions systématiques, avec atteintes aux droits les plus élémentaires des personnes, qui s’accompagne maintenant de violences policières.

 

 

Paris, le 3 décembre 2013.

Partager cet article

Repost 0

commentaires