Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 avril 2013 2 09 /04 /avril /2013 19:53



Journée Internationale des Roms 8 avril 2013, 42 e anniversaire de la Fondation de l’Union Romani Internationale


Un anniversaire qui s’inscrit hélas encore plus que les précédents  sous le signe de la discrimination, de la stigmatisation, et de  la xénophobie à l’égard des Roms migrants, mais qui cible également les Roms français, nombreux parmi les ‘gens du voyage’, en particulier dans leur accès aux droits civils et politiques ainsi que dans ceux de la scolarisation, de la santé et du travail.

Les familles roms migrantes que nous fréquentons ont pour habitude de nous souhaiter « bon courage », ce qui sous-entend également « Bonne chance, que tout aille bien pour vous ! ». A notre tour de leur en souhaiter beaucoup, en ce jour anniversaire où ces hommes, ces femmes, ces enfants « fêtent » leur journée : « La journée Internationale des Roms »,  qui commémore la  création  de l’Union Romani à Londres en 1971. Ce jour là les Roms se sont dotés  d’un hymne et d’un drapeau, bleu comme le ciel, vert comme la terre, marqué d’une roue rouge qui rappelle la route et  l’Inde des origines.

 En effet :

    Il faut un certain courage dans la France socialiste de 2013  pour se déclarer Rom
lorsque  le Ministre de l’Intérieur se répand en propos mensongers sur eux, quand on les chasse chaque jour de leurs lieux de survie,  à une époque où certains maires leur refusent l’accès à  l’eau, ainsi que le  droit à la scolarisation de leurs enfants.
    Il leur faut aussi un grand courage pour vouloir s’insérer dans une société qui les rejette et qui les diffame  par  l’utilisation de  préjugés séculaires et racistes, qui les  harcèle via  les Préfets de la République,  la police aux ordres, et enfin les rejette  hors des murs via des élus dociles à la « vox populi ».
    Il leur a fallu également un très grand courage et une grande nécessité pour quitter un pays dont ils ont été jetés hors frontières par le racisme et la misère.

Malgré tout, malgré  la misère quotidienne, malgré des conditions de vie lamentables, sans la permission de travailler, sans aucune aide financière de l'Etat qui les obligent  à mendier,  ils veulent rester en France, ils ont  l’espoir que leurs enfants, par l’accès à l’éducation,  et qu’ eux-mêmes  par celui au travail, pourront  se sortir de cette situation, qu’ils pourront un jour  oublier  les terrains vagues boueux,  les  baraques exposées au froid , les squats sordides, les rats, les réveils au petit matin à la lueur des gyrophares, tandis que les bulldozers commencent à détruire « la maison ».

C’est  heureusement le cas aujourd’hui d’Anina,  petite fille  Rom qui mendiait jadis en Rhône-Alpes et qui  est devenue une brillante étudiante en droit à la Sorbonne où


elle vise la magistrature (elle a écrit un livre « Je suis tzigane et je le reste » par
Anina aux Editions City).


Le MRAP,  en ce jour de « fête », souhaite  que de nombreux  enfants Roms  puissent à leur tour suivre le chemin d’Anina, la  meilleure façon pour eux de briser les clichés.

Il salue le courage de ce peuple pacifique et de tous les Français qui les soutiennent dans leur errance, ainsi que les élus qui ont choisi la voie de l’accueil et de la fraternité.

Il exige des pouvoirs publics que les droits  fondamentaux  de cette population soient respectés et qu’il soit mis fin à l’ignoble harcèlement qu’ils subissent.

Paris, le 8 avril 2013

Partager cet article

Repost 0

commentaires