Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 mars 2013 7 17 /03 /mars /2013 19:48

 

  - le 17 Mars 2013

Mercredi 20 mars : Angela Davis est rédactrice en chef d'un jour de l'Humanité

Mercredi 20 mars, dix ans jour pour jour après le déclenchement de la 2e guerre en Irak, Angela Davis sera la rédactrice en chef de votre journal. Un numéro exceptionnel.


Infatigable militante communiste et féministe, Angela Davis est une figure historique de la conquête des droits civiques aux États-Unis. Née au début des années 1940 en Alabama, un État du sud des États-Unis où la ségrégation raciale fait alors rage, elle sera marquée au fer rouge par les humiliations et le climat de violence qui y règne. Après un cursus scolaire en partie réalisé en Europe (France et Allemagne), elle revient aux États-Unis à la fin des années 1960 et adhère au Che-Lumumba Club, une section du Parti communiste américain réservée aux Noirs. Puis elle se rapproche du Black Panther Party : ces deux engagements au sein de formations qui font alors trembler l’Amérique WASP vont faire basculer sa vie. Surveillée par le FBI, Angela Davis est renvoyée de son poste d’enseignante à l’université de Californie à cause de son engagement politique. Elle est accusée d’avoir organisé une prise d’otages, poursuivie par toutes les polices de son pays. Sa cavale dure 15 jours, puis elle passe 16 mois en prison, séjour carcéral durant lequel le monde entier découvre ses combats. Angela Davis publie, après son acquittement et sa libération en 1972, des essais où elle défend la paix au Vietnam, la cause féministe, l’antiracisme… Candidate à la vice-présidence des États-Unis en 1980 et 1984 aux côtés du communiste Gus Hall, celle qui s’est imposée comme l’une des figures les plus intègres de la « démocratie » américaine continue d’affronter les démons de son pays : la guerre en Irak, l’industrie carcérale, ou encore les victimes vietnamiennes de l’agent orange ? En 2003, c’est elle qui recevait la médaille d’honneur décernée par la Ville de Paris à Mumia Abu Jamal, à l’époque encore dans les couloirs de la mort.


Partager cet article

Repost 0

commentaires