Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 février 2013 2 05 /02 /février /2013 22:07

photo Camille Millerand (DR)

  - le 5 Février 2013

Ce mercredi, nouveau rassemblement de soutien à Nadir Dendoune

Un nouveau rassemblement se tiendra ce mercredi 6 février, sur le parvis du Trocadéro à Paris à 17 heures 30, en soutien à Nadir Dendoune, le journaliste français qui a été maintenu en détention par un juge ce mardi.

Son comité de soutien a appelé ce mardi à un deuxième rassemblement de soutien, après celui de vendredi dernier. Nadir Dendoune a comparu pour la première fois ce mardi devant un juge d'instruction qui l'a maintenu en détention le temps d"'étudier les dires" du journaliste français détenu depuis deux semaines à Bagdad. Cité par l'AFP, le magistrat n'a pas précisé la date de "la fin de l'enquête".

Lors de son arrestation le 23 janvier, le journaliste était en possession d'un appareil photo avec lequel il avait pris des clichés du QG des services de renseignement irakiens, ainsi que de barrages de la police et de l'armée, ce qui est formellement interdit sans autorisation, selon une source judiciaire.

"Je tente de garder le moral"

Habillé d'un blouson et d'un pantalon en jean, Nadir Dendoune, collaborateur de l'Humanité.fr qui était en reportage pour une enquête pour le Monde diplomatique, est apparu menotté à son arrivée à la Cour pénale dans la zone verte, le secteur ultra-protégé de la capitale irakienne. Guillaume Decamme, correspondant francophone de l'Agence France-Presse à Bagdad, est entré quelques instants en contact avec lui.

La comparution s'est déroulée pendant une trentaine de minutes à huis clos, en présence notamment du consul de France et de son avocat, Nama al-Roubaiye. Le reporter a pu "donner sa version des faits" durant sa comparution, selon un témoin qui a requis l'anonymat. "Il est apparu cohérent bien qu'affaibli". Le journaliste a "joui de tous ses droits. L'audition s'est déroulée dans la transparence. Il a pu s'exprimer et se défendre comme il l'entendait. Nous avons demandé sa remise en liberté", a expliqué à l'AFP son avocat.

Partager cet article

Repost 0

commentaires