Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 novembre 2012 2 13 /11 /novembre /2012 21:25

Jean-Yves Le Drian

Monde - le 13 Novembre 2012

C’est le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian qui l’a annoncé ce mardi. Si la France a promis de fournir un soutien logistique, elle a exclu à nouveau toute intervention militaire, y compris aérienne. Intervention qui, elle, se dessine de plus en plus.

Paris, qui est en pointe dans la mobilisation de la communauté internationale pour une intervention au Mali, a promis de fournir un soutien logistique, des équipements militaires et des services de renseignement, mais estime qu'il faut d'abord former les troupes africaines et maliennes. Jean-Yves Le Drian a ainsi réaffirmé que toute intervention militaire française, terrestre ou aérienne, était exclue. "Sur l'appui aérien, l'Europe ni la France n'interviendront pas militairement parlant", a-t-il déclaré à la presse. " Sur le Mali, quand (je dis) pas de troupes au sol, ça veut aussi dire pas de troupes en l'air", a-t-il ajouté.  


Les dirigeants des pays d'Afrique de l'Ouest se sont engagés dimanche à envoyer 3.300 soldats au Mali, dont le Nord est occupé par des bandes islamistes. Les troupes pourront être déployées dès que l'Onu aura donné son feu vert au plan militaire rédigé par un groupe d'experts africains, européens et onusiens, réunis la semaine dernière à Bamako. Les ministres de la Défense français, allemand, polonais, espagnol et italien se réunissent jeudi à Paris pour discuter des contributions de chaque pays à l'opération au Mali, notamment de la création d'une mission de formation européenne forte de 200 hommes.

 

La Cédéao est prête

Autre point d’incertitude qui a avancé ce mardi, la collaboration avec l’Algérie. Les autorités algériennes ont ainsi "assuré qu'elles fermeraient leur frontière" en cas d'action militaire africaine pour reconquérir le nord du Mali. C’est en tout cas ce qu’a affirmé le président de la Commission de la Cédéao, Kadré Désiré Ouedraogo.

"La force est tout à fait prête. Lorsque l'Onu donnera son feu vert, le déploiement pourra commencer immédiatement", a ensuite affirmé Kadré Désiré Ouedraogo. "Les Etats sont prêts à envoyer leur contingent", citant notamment le Nigeria, le Niger, le Burkina Faso, le Sénégal, le Togo et le Bénin. "J'insiste: il s'agit d'aider l'armée malienne à se restructurer, et elle peut être rapidement en mesure de combattre".

Partager cet article

Repost 0

commentaires