Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 février 2013 2 05 /02 /février /2013 22:02

Médias - le 5 Février 2013

Les quotidiens nationaux absents des kiosques mercredi

Vous pourrez lire gratuitement votre quotidien de mercredi dans sa version numérique dès ce mardi soir, sur le site l'Humanité.fr.  

Le syndicat SGLCE CGT a appelé à une non parution des quotidiens nationaux, mercredi 6 février. En cause la négociation chez Presstalis où un plan social (1250 emplois sur 2500) est prévu.


Hier de nouvelles actions menées à l’appel du Syndicat général du livre et de la communication écrite (SGLCE-CGT) de Presstalis ont  perturbé la distribution des quotidiens nationaux imprimés à travers la France. Beaucoup de titres de PQN étaient souvent absents car pas imprimés ou bloqués. Un rassemblement des salariés mécontents du déroulement des négociation chez Presstalis avait lieu hier matin devant l’imprimerie du Monde à Ivry (Vale-de-Marne) à la veille d’un appel à une non parution des quotidiens nationaux pour l’édition datée de mercredi 6 février.


«Force est de constater, à ce jour, qu’aucun signe d’ouverture n’émane de la direction de Presstalis ni des éditeurs siégeant à son conseil d’administration», écrit le SGLCE. «Il s’agit toujours pour eux de réduire plus de la moitié des effectifs, 1.250 sur 2.400, et de signer la disparition complète à brève échéance de Presstalis», estime le syndicat. Depuis octobre une négociation a été lancée entre direction et syndicats pour cette réorganisation industrielle et son plan social prévus par le projet stratégique du groupe Presstalis. Les discussions achoppent autour d’expertises aboutissant à des résultats très différents, notamment sur les économies à réaliser pour assurer la viabilité de l’entreprise. Jeudi l’ensemble des représentants syndicaux de Presstalis et de ses filiales doit se réunir avec la direction du groupe.


Du côté des quelque 30.000 marchands de journaux l’inquiétude est vive : «L’absence des quotidiens dans leurs points de vente, nuisible à une fréquentation déjà en baisse, affecte gravement leur exploitation», a écrit Gérard Proust, président de l’Union nationale des Diffuseurs de Presse dans une lettre ouverte adressée au SGLCE. Selon lui, «ils s’inquiètent également de leur relation au lecteur, qui se détourne du réseau physique pour aller chercher une version numérique – souvent gratuite – de son quotidien ; habitude qui pourrait perdurer». «C’est véritablement la question de la survie de ce réseau qui est en cause» , estime M. Proust.


Hier, le Syndicat de la presse quotidienne nationale (SPQN) a jugé que «le conflit au sein de la société Presstalis prend aujourd’hui une dimension inédite et d’une gravité exceptionnelle». «Depuis octobre, une trentaine de mouvements sociaux ont affecté de manière tournante ou globale la distribution des différents quotidiens nationaux commente le SPQN pour qui le blocage général annoncé «met en cause la viabilité économique de la société Presstalis, fait peser un risque insoutenable sur les 30.000 marchands de journaux répartis sur le territoire» et «fragilise considérablement les sociétés de presse qui subissent des pertes de recettes récurrentes». Le SPQN réaffirme son soutien à la réforme «indispensable de Presstalis et appelle «tous les acteurs de ce conflit à trouver très rapidement les voies du dialogue au sein de Presstalis. Faute de solution rapide, c’est l’ensemble de la filière industrielle et logistique de la presse qui est gravement menacée, et à terme l’existence des quotidiens».


  • Une édition spéciale de l'Humanité de 20 pages sera disponible gratuitement dès ce mardi soir en version numérique sur le site.
    Au menu notamment, l'actualité Petroplus, un reportage chez PSA Aulnay, la suite des débats sur le mariage pour les couples de même sexe à l'Assemblée, la situation dramatique en Libye, les sorties cinéma...

Partager cet article

Repost 0

commentaires