Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 janvier 2013 6 05 /01 /janvier /2013 16:17

 

Femme en Inde.
Par Dominique Quinio

Le procès des agresseurs de la jeune Indienne victime d’un viol collectif s’est ouvert à New Delhi.


Les faits sont ignobles : les souffrances de la jeune femme indienne violée et battue par un groupe de jeunes hommes ivres de violence et d’alcool ont été atroces, avant qu’elle ne succombe à ses blessures dans un hôpital de Singapour où les autorités l’avaient fait admettre quand sa vie ne tenait plus qu’à un fil. La colère de nombreux manifestants a déferlé en Inde devant ce crime. Ont été exposées au grand jour les difficultés qu’avaient les femmes à faire reconnaître les agressions dont elles sont victimes : forces de police et autorités de justice ne donnent que très peu d’écho à leurs plaintes. Une jeune fille s’est ainsi suicidée, il y a quelques jours : le seul conseil du policier à qui elle expliquait avoir été violée l’incitait à épouser l’un de ses agresseurs !


Le procès qui s’est ouvert jeudi 3 janvier à New Delhi ne laissera sans doute que peu de chances aux cinq accusés. Les avocats ne se sont pas précipités pour les défendre ; ils seront représentés par des avocats commis d’office. Et la peine de mort risque d’être au bout de la procédure judiciaire, s’ils sont reconnus coupables. De nombreux manifestants, exaspérés par l’impunité dont jouissent en général ces criminels, réclament la peine capitale.


Il n’est pas sûr que ce paroxysme – l’horreur du crime commis, comme l’ampleur de la colère exprimée en réponse – soit propice aux réformes de fond pourtant nécessaires. L’évolution des mentalités est un travail de longue haleine (qui pourrait prétendre que nos sociétés occidentales soient elles-mêmes arrivées au bout du processus ?), pour que les droits et la dignité des femmes soient parfaitement reconnus, non seulement dans ces cas de violence extrême, mais aussi dans leur vie quotidienne (dans la famille, dans le couple, dans la société…). L’hommage que les Indiens veulent rendre à la jeune victime ne se résumera pas à un procès et un verdict sévères ; il suppose une réponse plus globale, une réforme de la loi sur les agressions sexuelles, une formation appropriée des policiers et des juges, et une large réflexion sur le statut des femmes, leur parole, leur rôle… Pays en plein développement économique, riche d’intelligence et de culture, l’Inde ne peut avancer en boitant, en entravant la liberté des femmes.

Partager cet article

Repost 0

commentaires