Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 novembre 2012 5 09 /11 /novembre /2012 21:33

Médias - le 9 Novembre 2012

Documentaire

 

Ce soir à la télé. La chaîne LCP-Assemblée nationale diffuse à 20h30, le Populisme au féminin, un reportage réalisé par Hanna Ladoul, Matthieu Cabanes et Marco La Via. 
Un tour d’Europe des partis d’extrême droite et des femmes qui les dirigent. Instructif.


Le Populisme au féminin, sur LCP-Assemblée nationale. 20 h 30.

Elles sont blondes. Elles sont blanches. Elles sont d’extrême droite. À l’instar de Marine Le Pen en France, plusieurs pays d’Europe ont mis des femmes à la tête de leur droite extrême. Hanna Ladoul, Matthieu Cabanes et Marco La Via ont vingt et un ans. Étudiants en journalisme, ils ont décidé de parcourir l’Europe avec une seule question en tête : à quoi ressemble ce populisme au féminin ?


En Hongrie, ils vont à la rencontre de Krisztina Morvai, députée européenne et figure de proue du mouvement d’extrême droite Jobbik. En Norvège, ils croisent la route de Siv Jensen, présidente du Parti du progrès, longtemps premier parti d’opposition, et au Danemark, celle de Pia Kjaersgaard, de l’organisation nationaliste Dansk Folkeparti (Parti du peuple danois). En Suisse, ils s’entretiennent avec Céline Amaudruz, membre de l’Union démocratique du centre (UDC) pathétiquement célèbre, entre autres, pour ses campagnes d’affichage contre l’islam. Quant à la Belgique, Anke Van Dermeersch, ancienne Miss Belgique, siège au Sénat sous la bannière du parti flamand nationaliste Vlaams Belang. Ajoutons Marine Le Pen, et la liste est au complet. Toutes ces femmes, malgré bon nombre de divergences politiques, ont un point commun : elles servent à incarner ce nouveau visage de l’extrême droite, féminin donc préjugé moins violent, moins autoritaire, une extrême droite qu’on voudrait, en somme, nous faire croire « adoucie ». À la vérité, leurs prises de position ne diffèrent pas de celles de leurs leaders historiques. Elles sont juste emballées différemment. Et à la vieille rhétorique xénophobe, chauvine et rétrograde s’ajoute, entre autres, et c’est une constante en Europe, le martèlement d’un discours contre l’islam.


Avec ce documentaire, Hanna Ladoul, Matthieu 
Cabanes et Marco La Via pointent également une évolution dans la structure même de 
l’ultradroite qui gangrène 
l’Europe. Les dirigeants de tous ces partis ont troqué l’uniforme contre une paire de talons, et la base militante, elle, se féminise en même tant qu’elle se rajeunit. Un constat inquiétant pour les jeunes réalisateurs de ce documentaire. Eux qui votent pour la première fois, ils ont voulu, avec ce film, signer « un acte citoyen ». « Quand on a vingt ans aujourd’hui, l’avenir peut sembler terrifiant. Faire ce documentaire nous a mis face à une réalité encore plus terrifiante : le populisme… », expliquent-ils, en concluant sur une phrase de Barack Obama à propos de Sarah Palin : « Vous pouvez mettre du rouge à lèvre à un porc, ça reste un porc. »

  • Extrait.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires