Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 janvier 2013 2 15 /01 /janvier /2013 18:43

Social-Eco - le 14 Janvier 2013

Négociation syndicats-patronat

Le Medef et la CFDT enthousiastes

La CFDT, la CFTC et la CFE-CGC se disent prêtes à signer le projet d’accord, malgré les fléxibilités exorbitantes exigées par le patronat. CGT et FO le rejettent.


Triste journée pour les droits des salariés. Vendredi 11 janvier, syndicats et patronats sont arrivés à un projet d’accord sur la sécurisation de l’emploi. Bien loin du « compromis historique » voulu par François Hollande, après quatre mois de négociations laborieuses, la CFDT et la CFTC ont émis un avis favorable à la signature. La CFE-CGC a réservé sa réponse, qui devrait être positive, pour cette semaine.


Soucieux d’apparaître comme un « partenaire social » responsable, la CFDT paraphera le texte avec enthousiasme. Pour Patrick Pierron, de la CFDT, « ce projet d’accord est ambitieux pour lutter contre le chômage, favoriser l’emploi et lutter contre précarité ». Interrogé sur les multiples flexibilités prévues par le document, le syndicaliste botte en touche. « Grâce à cet accord, il n’y aura plus de Continental Clairoix », tonne de son côté Joseph Thouvenel, de la CFTC, qui a du mal lire l’article du texte consacré aux accords de maintien dans l’emploi (compétitivité-emploi). Si le syndicat signe, c’est peut-être aussi pour tenir son rang. Au printemps prochain, la CFTC risque de ne plus être représentative et de ne plus participer aux négociations nationales interprofessionnelles.

Plus réservée, Marie-Françoise Leflon, de la CFE-CGC, estime qu’on a abouti à « un accord plus équilibré qu’au début de la négociation ». Vendredi, le rajout dans le texte de la taxation des contrats courts aura débloqué les discussions et aura surtout permis d’occulter la débauche de flexibilités contenue dans le document (voir décryptage p. 9). Ce qui réjouit Patrick Bernasconi, négociateur pour le Medef : « Nous allons être une meilleure référence en termes de flexi-sécurité pour le travail et les entreprises. »


Dans un communiqué triomphant, Laurence Parisot, présidente du Medef, estime que « les chefs d’entreprise ont beaucoup à espérer des relations nouvelles que cet accord permet et encourage ». Pour FO et la CGT, c’est un « non » ferme et déterminé. Stéphane Lardy, de Force ouvrière, enrage : « C’était les soldes pour les droits des salariés, le patronat a totalement réussi. » Il souhaite notamment « bon courage aux camarades des syndicats » qui devront valider les accords de maintien dans l’emploi dans les entreprises. Entre la méthode de négociation, souvent à la base de tractations de couloir, et le contenu du projet d’accord, Francine Blanche, de la délégation CGT, est excédée : « On va “cartonner” le texte, informer les salariés sur le terrain et les appeler à se mobiliser. » La partie n’est pas encore gagnée pour le patronat.

C. R.

Partager cet article

Repost 0

commentaires