Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 janvier 2013 3 30 /01 /janvier /2013 20:49

Pascal Durand, secrétaire national d'EELV

  - le 30 Janvier 2013

Gauche

Le Parti de gauche et EELV tissent des liens

Alors que le PS a multiplié les salves la semaine dernière contre Jean-Luc Mélenchon, celui-ci a rencontré mardi la direction d’Europe écologie les Verts (EELV). Les deux formations souhaitent travailler ensemble.

«Je souhaite que la majorité soit la plus large possible et surtout qu’elle soit destinée à changer les choses.» Le message, formulé hier par le secrétaire national d’EELV, Pascal Durand, à l’issue d’une rencontre avec la direction du Parti de gauche (PG), est clair: il n’entend pas exclure celui-ci des débats de la gauche, comme tente de le faire le PS qui a mené une charge particulièrement virulente, la semaine dernière, à l’égard de Jean-Luc Mélenchon.


Besoin de toutes les forces

«Nous avons besoin de toutes les forces de transformations sociales pour faire bouger les lignes», a déclaré Pascal Durand, estimant que «la pire des choses serait de continuer sur un modèle qui va très clairement dans le mur". Un constat partagé malgré « deux choix stratégiques différents », ont affirmé d’une même voix le dirigeant écologiste et Éric Coquerel, secrétaire national du PG.


Les deux partis ont donc décidé « d’établir des passerelles » sous forme « d’ateliers d’écologie politique concrète » qui devraient vite voir le jour et porter, entre autres, sur la transition énergétique, la fiscalité, la mer, le logement. Une perspective commune, « pas antinomique mais complémentaire », de la démarche du Front de gauche, assure Éric Coquerel, rappelant que son parti partage avec EELV la « particularité de se réclamer de l’écologie politique ».

 

Cadres unitaires

Au-delà, les deux formations pourraient être amenées à agir ensemble dans des « cadres unitaires » sur l’aéroport Notre-Dame-des-Landes, la loi bancaire ou encore l’accord pro-patronal sur l’emploi, suggère le dirigeant du PG. Si Pascal Durand refuse de prendre position sur ce dernier point avant que le débat n’ait lieu dans son parti, il concède néanmoins « une attitude critique » à son endroit.


Quant aux échéances électorales de 2014, elles n’auraient pas fait l’objet de discussion ce matin-là. « Pour nous, c’est beaucoup trop tôt, mais c’est un débat qui existera », a seulement admis Pascal Durand.

Partager cet article

Repost 0

commentaires