Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 22:35

Social-Eco - le 24 Avril 2013

Un responsable CFDT Sanofi démissionné de ses fonctions syndicales

Le coordinateur CFDT de Sanofi Pascal Vially a démissionné, contraint, de toutes ses fonctions syndicales, pour marquer son opposition aux "consignes contraires aux souhaits des adhérents et militants" émanent de la direction du syndicat et de Laurent Berger.

Dans sa lettre de "démission forcée" adressée à Laurent Berger, secrétaire général de la confédération, et aux responsables de la fédération CFDT en charge de la pharmacie, Pascal Vially annonce renoncer à toutes ses fonctions syndicales, dont celles de coordonnateur CFDT Sanofi et de délégué Fédéral FCE-CFDT en charge de la liaison CFDT Sanofi.

Selon lui, dans la "longue lutte contre le plan de restructuration de Sanofi", qui prévoit de 900 2000 suppressions de postes, "les structures CFDT (syndicats, fédération, confédération) sont en décalage complet avec les revendications de la majorité des adhérents et militants de terrain et la démocratie interne de la CFDT ne fonctionne malheureusement pas".

Consigne : pas d’intersyndicale avec la CGT

M. Vially évoque aussi dans sa lettre, que l’AFP a pu consulter, "une réunion secrète" en juin 2012 entre le n°1 de la CFDT de l'époque, François Chérèque, et la direction de Sanofi, quelques jours avant l'annonce par le géant pharmaceutique de son projet de réorganisation. La fédération aurait ensuite donné la consigne suivante: "Ne pas faire d'intersyndicale avec la CGT, ne pas agiter les chiffons rouges, ne pas faire trop de bruit dans les médias, et le message à retenir est le suivant : ce plan permet de sauvegarder la recherche en France, et la compétitivité de Sanofi". Une intersyndicale s'est pourtant constituée pour dénoncer le plan. "A l'inverse, la confédération CFDT (....) a multiplié des interventions médiatiques visant à minorer l'impact social de ce plan, à justifier sa nécessité, et à refuser toute législation contre les licenciements financiers", accuse le syndicaliste.

L’ANI : "les deux tiers des sections donnent un avis négatif"

L’ancien coordinateur CFDT s'en prend ensuite à l'accord sur la sécurisation de l'emploi (ANI) contre lequel "deux tiers des sections donnent un avis négatif".
Pascal Vially affirme par ailleurs que sa fédération a suggéré sa radiation au motif qu'il avait "été vu médiatiquement aux côtés d' +extrémistes+ de gauche", Philippe Poutou et Jean-Luc Mélenchon, lors d'une manifestation intersyndicale de salariés d'entreprises menacés par des plans sociaux.
Un autre responsable CFDT Sanofi juge cette affaire "d’épiphénomène". "Il n'y a que lui qui tient ces propos, que lui qui a reçu des consignes" de ne pas former d'intersyndicale. Selon cet autre syndicaliste, ce n’est là qu’"une guerre de chef" et "personne ne le suit".

Partager cet article

Repost 0

commentaires